Qu’est-ce que cela m'apporte d’adhérer à la CFDT ?

Moi

Tout d'abord, être adhérent à la CFDT permet de bénéficier d’un soutien individuel en cas de problèmes dans son travail ou avec son employeur, par le biais notamment de l’assurance professionnelle et de la Cnas (Caisse nationale d’action syndiale).

Ensuite, cela permet d’être acteur de la vie de la CFDT en participant aux débats de sa section et de son syndicat pour construire des revendications. C’est comme cela que l’on peut peser au jour le jour sur les décisions prises dans son entreprise.

Enfin, être adhérent à la CFDT, c’est également donner un sens à la solidarité et être acteur de sa propre émancipation, deux des valeurs capitales de l’engagement à la CFDT

Pourquoi est-ce si important d’être toujours plus nombreux à la CFDT ?

Plus on est nombreux, plus on est représentatifs de l’ensemble du salariat sous toutes ses formes. C’est cette connaissance du salariat qui nous permet d’être le plus pertinent possible dans notre perception du monde du travail et donc dans nos revendications.

De plus, être nombreux nous permet de maintenir un rapport de force en notre faveur que ce soit au plan national ou dans l’entreprise. Une revendication a plus de chance d’être entendue si elle est portée par une section d’entreprise nombreuse que par un individu isolé. Dans tous les cas, nos 851 601 adhérents représentent notre légitimité à parler au nom et pour les salariés !

Pour la quatrième année consécutive, le nombre d’adhérents de la CFDT a augmenté en 2010. Concrètement qu’est-ce que cela veut dire ?

Adhésions

Au 31 décembre 2010, nous étions 851 601 adhérents, soit 18 493 de plus qu’en 2009, ce qui fait de la CFDT, la première organisation syndicale française en nombre d’adhérents. Si le nombre de nos adhérents retraités progresse de 2,3%, trop peu de salariés savent qu’ils peuvent rester à la CFDT après leur carrière professionnelle.

46 % des adhérents à la CFDT sont des adhérentes, ce qui place la CFDT dans les toutes premières places en Europe en matière de féminisation des syndicats.

Hervé Garnier, secrétaire national en charge de la syndicalisation.